Home | Contact | Plan du site

Plan d'accès | Infos pratiques | Agenda

Liturgie | Patrimoine | Restauration | Fouilles | Partenaires | Photographies | Ouvrages | Témoignages | musiCA


 

Le bourgmestre

Que représente la cathédrale de Tournai ?

La cathédrale est un monument emblématique de Tournai, comme le sont le Beffroi et le Pont des Trous.
Tournai est fière d’abriter ce prestigieux chef d’œuvre du patrimoine architectural de l’humanité.

Quel est votre coup de cœur ? Pourquoi ?

Mon coup de cœur porte sans conteste sur l’ouvrage tout entier.

Sur le plan humain tout d’abord, je constate que la cathédrale porte en elle la synthèse de ce que l’homme offre de meilleur : elle met en lumière les qualités remarquables dont les bâtisseurs ont fait preuve, comme l’intelligence, le courage, l’audace, l’ingéniosité, la maîtrise, la persévérance ,…

Mais surtout, la cathédrale est -  à mon sens -  la démonstration parfaite du génie humain : de la symbiose entre l’homme et la pierre est née une œuvre remarquable, à la fois imposante et harmonieuse, qui ne cesse de susciter l’émotion.

Si vous deviez qualifier la cathédrale en trois mots, quels seraient-ils ?

Admiration : pour la splendeur, la majesté, l’originalité de l’architecture et des décors sculptés, et pour la richesse des œuvres d’art.

Pérennité : depuis des siècles, la cathédrale dresse la masse imposante de son vaisseau de pierre et de ses tours par-dessus les toits de la ville ; elle fait partie – et pour des siècles encore – de la vie quotidienne des Tournaisiens.

Défi : la cathédrale n’a pas traversé les siècles sans prendre quelques rides…son équilibre statique s’est trouvé gravement menacé en 1999 et a nécessité de grands travaux de stabilisation. La restauration, aujourd’hui en cours, est complexe, et constitue un véritable défi pour tous les intervenants politiques, économiques et de terrain. Défi que nous nous devons de relever et de gagner, car, pour paraphraser Antoine de Saint-Exupéry, « nous n’avons pas hérité d’un monument de nos ancêtres, nous l’avons emprunté à nos enfants ».

C. MASSY