Home | Contact | Plan du site

Plan d'accès | Infos pratiques | Agenda

Liturgie | Patrimoine | Restauration | Fouilles | Partenaires | Photographies | Ouvrages | Témoignages | musiCA


 

Un chanoine

Que représente la cathédrale de Tournai ?

La Cathédrale de Tournai représente beaucoup pour moi et voici pourquoi.

Durant mes études au Grand Séminaire (de 1965 à 1969), j’étais un « fervent » des offices de la cathédrale.  Je participais même aux célébrations festives pour lesquelles la présence des séminaristes n’était pas requise.  J’étais en effet fasciné par la beauté de la liturgie solennelle, par la musique sacrée qui la rehaussait et par la splendeur du lieu où elle se déroulait.

Grâce aux chanoines Gilot (pour le chant grégorien) et Dumoulin (pour les autres expressions artistiques), j’ai pu ancrer mes convictions quant à la place de l’esthétique religieuse dans la liturgie et vivre celle-ci d’abord comme une expérience religieuse, personnelle et ecclésiale pour la plus grande gloire de Dieu, mais aussi comme une « œuvre d’art total » (le « Gesamtkunstwerk » des romantiques allemands).

Alors qu’à l’époque de ma formation théologique, la communauté de la rue des Jésuites était divisée au sujet de la présence obligatoire des séminaristes à la Cathédrale lors des solennités, je faisais partie de la minorité favorable à la participation des futures prêtres aux offices de  l’Eglise-Mère du diocèse.

Aussi, lorsque l’idée d’ordonner les prêtres du « cru 1969 » (dont j’étais) dans leur paroisse respective, ai-je réagi et ce, d’autant plus résolument que j’avais été impressionné par l’office cathédrale du Vendredi-Saint durant lequel j’officiais comme diacre fraichement consacré et donnai pour la première fois la communion eucharistique.  

Je souhaitais la Cathédrale pour mon ordination et mon vœu a été exaucé.

Je garde un souvenir précis de ce 13 juillet 1969.  Je me souviens particulièrement de la voix grave et solennelle de Marie-Ponthoise annonçant de son clocher l’office Pontifical.  Ce fut la première émotion d’une journée qui en réservait d’autres.

Quel est votre coup de cœur (endroit ou œuvre d’art) ?  Et Pourquoi ?

C’est sans nul doute le chœur gothique où nous avons reçu le sacerdoce que j’ai toujours le plus admiré.  Il constitue pour moi, par son envolée mystique, un défi, celui  du sens humain de la Transcendance.

J’aime sa luminosité plus précisément la manière dont la lumière du jour, grâce à ses vitraux, confère à ce lieu des atmosphères différentes selon les heures mais convergentes quant au sens du sacré qu’elle suscite.

Si vous deviez qualifier la cathédrale de Tournai en trois mots, quels seraient-ils ?

Elévation, enracinement, harmonie des contrastes.

Chanoine J.-P. MONDET