Home | Contact | Plan du site

Plan d'accès | Infos pratiques | Agenda

Liturgie | Patrimoine | Restauration | Fouilles | Partenaires | Photographies | Ouvrages | Témoignages | musiCA


 

Les orgues

Historique

© Pierre PeetersEn 1854, Pierre-Alexandre Ducroquet construit pour la Cathédrale Notre-Dame de Tournai un grand Orgue de 40 jeux répartis sur 3 claviers et pédalier.
Il s'agissait à l'époque de remplacer l'orgue Van Peteghem de 1808  (issu de l'Abbaye d'Affligem), qui n'apportait plus satisfaction.

La décision fut donc prise d'élaborer un projet pour un orgue neuf, mais le problème consistait en son emplacement. Il y avait deux possibilités, la première étant de construire l'orgue sur la tribune (là où il se trouve actuellement), la deuxième étant de le placer dans le chour gothique (sur l'ambon en marbre).

La meilleure des solutions fut d'édifier le nouvel orgue sur la tribune avec comme seule recommandation de ne point cacher la rosace.

Les grandes Orgues Ducroquet furent inaugurées en 1854, mais peu de temps après, l'instrument était accusé de ne point remplir suffisamment l'édifice, il est clair qu'un orgue ne possédant « que «  40 jeux ne pouvait pas, et ne peux toujours pas peupler de ses timbres une nef, un transept aussi large et un chour aussi colossal.

En 1882, Pierre Schyven qui était le successeur de P-A Ducroquet décala tous les tuyaux et fit quelques échanges mineurs entre les jeux du premier clavier (positif) et du troisième clavier (récit). Il compléta également le pédalier, portant son étendue de 27 à 30 notes. Le but de ces quelques changements était d'éclaircir l'orgue et de lui donner plus d'ampleur, sans changer l'esprit initial de Ducroquet.

Depuis cette époque l'orgue n'a plus jamais été modifié, et malheureusement aucune restauration n'a été réalisée (actuellement un projet de restauration est en cours).

Depuis le début des travaux de la Cathédrale, l'orgue s'empoussière d'une façon alarmante. L'humidité cause des dégâts importants aux tuyaux, aux sommiers et à la mécanique. Le jeu complet de cor anglais du récit est devenu inutilisable, les tuyaux graves de la montre de 16' sont muets depuis des années.

Nous avons la chance de posséder en la Cathédrale Notre-Dame de Tournai un orgue exceptionnel dont la palette sonore est d'une poésie et d'une richesse rare, et dont la mécanique robuste et fiable de1854 a défié les années et dissimule temporairement ces problèmes.

Utilisation des grandes orgues

Les Grandes Orgues Ducroquet de la Cathédrale tiennent 2 rôles importants.

Le premier est celui d'accompagner les offices en créant, en fonction du temps liturgique, l'atmosphère éphémère ou sempiternelle requise pour chacun d'eux. L'improvisation et le répertoire des grands maîtres de l'orgue tiennent une place prépondérante dans le déroulement des cérémonies.

La seconde facette de cet acteur musical est le centre névralgique régentant la vie culturelle, du Concert. Depuis la nomination d'Etienne Walhain en 2005, l'orgue ne cesse de s'affirmer en tant que monde sonore et théâtral de la Cathédrale. L'Orgue n'est plus seulement laudateur de la liturgie, mais devient celui de la représentation sonore d'un monde ésotérique. Il peut être soliste et faire éclore de ses timbres les ouvres du passé et d'aujourd'hui, mais il peut  également faire paire avec un autre instrument, une voix, un geste. En novembre 2005 il a tenu le rôle du Roi Pyrrhus dans la Tragédie Racinienne ; les improvisations étant des répliques fusionnelles ou antagonistes aux attitudes et aux dits d'Andromaque. En août 2006 aura lieu le premier Grand Festival d'orgue de la Cathédrale de Tournai. Durant les mois d'été, des  visites d'orgue ont lieux à la Tribune de la Cathédrale afin de présenter à tout public les faces occultes de cet être fantasque qui engendre tant d'émotions.

E. WALHAIN