Home | Contact | Plan du site

Plan d'accès | Infos pratiques | Agenda

Liturgie | Patrimoine | Restauration | Fouilles | Partenaires | Photographies | Ouvrages | Témoignages | musiCA


 

A quoi reconnaît-on un évêque?

La couleur épiscopal est le violet. Le violet est une couleur d’apaisement ; l’ardeur du rouge y est adoucie par la froideur du bleu. Le violet est donc la couleur symbolique par excellence de la tempérance. C’est pourquoi la soutane de l’évêque (ou à tout le moins le liseré de celle-ci et sa ceinture) est violette.

La crosse, que l’évêque reçoit solennellement le jour de son ordination épiscopale, est un bâton dont l’extrémité est recourbée ou en volute. Aussi traditionnelle et vénérable soit-elle, son origine reste discutée. Le sens usuel veut qu’elle soit le symbole de la houlette du pasteur mais il pourrait également s’agir de réminiscence de la cane des pontifes de la religion romaine païenne. En bois à l’origine, elle est le plus souvent en métal aujourd’hui. Nos vieilles cathédrales conservent dans leur trésor des crosses de grand art d’orfèvrerie qui gardent la mémoire de leur titulaire. L’évêque marche ou se tient debout crosse en main ; celle-ci est tournée en avant comme symbole de sa responsabilité pastorale quand il est dans son diocèse (lorsqu’il est en dehors de son diocèse, l’évêque tient la crosse tournée vers lui). Notons que les Abbés de monastère porte également une crosse, qu’ils tiennent tournée vers eux, signifiant par là la limite de leur juridiction pastorale.

La mitre a une origine fort peu connue. Vers le Xe siècle, la mitre constitue la coiffure d’apparat non-liturgique des papes. Sa forme a d’ailleurs beaucoup évolue. Elle constitue aujourd’hui la coiffe liturgique des évêques. Notons que les papes portaient jadis la tiare qui était une triple couronne symbolisant le pouvoir spirituel du pape sur les âmes, le pouvoir temporel sur ses Etats et sa suprématie sur les empereurs. Paul VI y a renoncé définitivement pour adopter la mitre d’évêque de Rome.

L’évêque porte également à l’annulaire un anneau signifiant les épousailles de l’évêque avec son diocèse. Autrefois, cet anneau comportait un fragment de relique et c’est pour cette raison qu’on baisait l’anneau.

Notons enfin que l’évêque porte également une croix pectorale suspendue à un cordon de soie verte entrelacée d’or

De plus, pour la célébration de l’eucharistie, il revêt la dalmatique épiscopale sous la chasuble. Cette dalmatique, de tissu léger, est soit de la couleur liturgique afférente à la messe célébrée, soit blanche.

S. HOLVOET